L’impossible abandon : I’m back

Je n’avais pas posté depuis si longtemps. Presque un an. Pourquoi une pause si longue ? Il y a de bonnes raisons, et des moins bonnes.

Débâcle professionnelle

Cette année 2016 était censée être celle de ma réussite professionnelle, d’un projet d’envergure. Ce projet dont je devais vous parler régulièrement : ouvrir une crèche familiale française Montessori dans ma ville. Je devais l’ouvrir avec mon amie, mais le risque financier, le risque de ne gagner que trois clopinettes pour tant de responsabilités ont eu raison de sa motivation. Ce projet ne verra donc pas le jour, en tout cas pas avec nous, pas avec moi.
Je ne lui en veux absolument pas. Ce n’est pas le genre de choses dans lequel on se lance pour faire plaisir à sa copine. Ca comporte des risques, et avoir peur constamment n’est bon pour personne. La chute a été rude et la pente a été longue à remonter.
Mais heureusement, je sais retomber sur mes pâtes, et des idées de carrière, j’en ai huit à la minute. Je m’imagine dans plein de branches. Je m’imagine tout faire, tout apprendre. C’est à la fois un avantage et un inconvénient.

Suite tout ça, j’ai vite trouvé un nouveau projet. Là encore je rencontre obstacle sur obstacle, la barrière de la langue (même en la parlant bien) n’aidant pas. Mon nouveau projet était censé voir le jour en Août de cette année, mais je suis bloquée depuis pour des questions de bureaucratie, et si jamais il me venait l’idée de commencer quand-même avant qu’ils ne m’aient donné le feu vert, ça chaufferait pour la gueule.
Alors meanwhile, l’amie qui compte sur moi dans ce projet attend elle aussi. Elle attend, et moi j’ai honte.
Mais ce projet, hors de question que je l’abandonne. Les débiles de (l’équivalent de) Pole Emploi qui s’occupent (ou pas) de mon cas n’ont qu’à bien se tenir. Je suis Bretonne après tout, et célèbre pour mon caractère de cochon. Ils vont finir par franchement y goûter.

Débâcle tout court

Les obstacles professionnels n’ont pas été les seules ombres au tableau de mon année 2016. Je me suis aussi rendue compte que je n’en étais pas là où je pensais être sur le plan émotionnel. Ca a été dur à admettre, ça a pris beaucoup de temps, mais une fois cette réalisation faite, je me suis sentie libérée. Puis emprisonnée. Emprisonnée dans un malheureux et frustrant ennui, et prise dans une tempête intérieure qui ne semble pas vouloir se calmer. Une tempête que je connais bien et qui me suit depuis de nombreuses années, qui se calme le temps d’une passion et repart de plus belle à chaque défaite. Une tempête que j’étouffe du mieux que je peux en m’étouffant moi même un peu en même temps.

L’impossible abandon : I’m back

Voilà ce qui m’a menée à faire cette longue pause. Mais je suis de retour. Je vais faire de 2017 cette année de la réussite ! Il le faut.

Comme on dit en américain : do the sharing caring thing! :)

Laisser un commentaire